Luca Niculescu : “Nous souhaitons plus de PME françaises en Roumanie mais également plus de PME roumaines en France”

Luca Niculescu mare credit foto Arnaud ChicurelL’Ambassadeur de la Roumanie à Paris parle de bonnes relations économiques entre la Roumanie et la France : les produits roumains, populaires en France.

Le partenariat stratégique français-roumain, a reçu une nouvelle feuille de route et une nouvelle dimension. Quels sont les éléments qui concernent la coopération économique, scientifique et culturelle?

Luca Niculescu: Tout d’abord, l’année 2016 a été une année remarquable en ce qui concerne la relation
bilatérale: deux visites en France du premier ministre roumain, Dacian Cioloș, la visite d’état – la première à ce niveau dans les vingt dernières années – du président François Hollande en Roumanie, la signature d’une
feuille de route, comme vous le disiez, du Partenariat Stratégique, des multiples visites bilatérales des ministres et des parlementaires. Du point de vue économique, on désire également étendre dans d’autres domaines les coopérations de succès comme celle de Dacia Renault. Dans ce sens, je me souviens, de la visite que le président François Hollande a fait à Ghimbav où Airbus a des importants investissements. Au fait, il faut souligner que toutes les grandes entreprises françaises présentes en Roumanie y sont restées en dépit de la crise économique d’il y a quelques années. En parallèle aux grandes entreprises implantées en Roumanie, on souhaiterait aussi une présence plus dynamique des PME françaises et surtout des PME roumaines en France.

Sur le plan scientifique, vous avez remarqué la visite effectuée par les deux présidents à Mãgurele. Le partenariat dans le domaine des lasers de grande intensité, le projet ELI est une priorité évidente. En ce qui concerne la culture, il nous attend « la Saison », comme on l’appelle dans le jargon. Le premier Décembre 2018 nous allons lancer, une saison culturelle commune roumaine-française. Cela signifie que, pendant plusieurs mois, la Roumanie <> en France (et la France en Roumanie). Des spectacles, des expositions, des livres, des
événements de toute sorte, célébrant les 100 ans depuis la création de la Roumanie moderne. Il s’agit de l’histoire mais aussi du futur – nous voulons présenter une image de la Roumanie d’aujourd’hui, nous nous
concentrons sur la création contemporaine mais aussi sur la recherche et l’innovation.

Pendant les dernières années, le volume des relations bilatérales est augmenté. Quelles sont les fait essentielles que les hommes d’affaires roumains doivent connaître pour exporter en France? Et aussi les français qui veulent exporter en Roumanie?

L.N.: Les échanges commerciaux continuent à croître et c’est une bonne chose. En 2015 les échanges commerciaux ont augmenté, de 5,20% par rapport à l’année précédente et en 2014 ils avaient déjà augmenté de 5% par
rapport à 2013. Pour l’année en cours, je peux vous dire que la tendance à la croissance continue. De plus, il s’agit d’une balance équilibrée avec un léger excédent en faveur de la Roumanie, concrètement, nous exporterons vers la France plus que nous importerons. Nous prévoyons pour cette année des échanges s’élevant à un montant
d’environ 8 millions d’euros. Les hommes d’affaires roumains intéressés par la France, doivent savoir que c’est un grand marché, de plus de 60 millions d’habitants, un pays avec un PIB de plus de 2 billions d’euros. Dans un pays où beaucoup de monde veut être présent, la compétition est grande. Au-delà des aspects purement commerciaux et économiques il y a aussi un aspect culturel. Je crois que c’est très important qu’une entreprise qui veut faire des affaires en France envoie des représentants qui parlent la L’Ambassadeur de la Roumanie à Paris parle de bonnes relations économiques entre la Roumanie et la France : les produits roumains, populaires en France.

Quels sont les avantages avec lesquels la Roumanie réussit à attirer toujours des investissements de capitaux
français si consistants?

L.N. : La Roumanie est le pays avec la plus forte croissance économique en Europe cette année et a eu aussi 5 années consécutives de croissance. Il existe toutes les prémisses que l’économie marche bien. Il y a la stabilité
législative, la stabilité fiscale, une fiscalité avantageuse par rapport aux autres pays. Le coût du travail est encore plus petit en Roumanie qu’ailleurs; bien entendu, nous souhaitons la hausse des salaires et la
diminution le plus rapidement des décalages par rapport à l’Europe Occidentale. La Roumanie n’est pas un pays dans lequel on vient seulement à cause des salaires bas. La compétence et l’intelligence roumaine représente une forte valeur ajoutée, et les investisseurs s’en rendent compte. De plus, il y a beaucoup de francophonie et de
francophilie en Roumanie.

En 2015, Cluj a été la Capitale Européenne de la Jeunesse et actuellement c’est la seule ville de Roumanie qui a
déposé sa candidature pour le titre de Capitale Européenne de l’Innovation. Quels sont les conseils que vous donnez aux autorités de Cluj dans ce sens?

L.N. : En général, je crois qu’il est bien de communiquer sur les points forts que l’on a, parce qu’il y a une grande concurrence! Cluj est une ville connue en France pour l’innovation, premièrement grâce à l’IT. Il y
a de nombreux articles que j’ai eu l’occasion de voir dans des publications importantes comme: Paris Match, Les Échos. Le début est donc fait, on devrait continuer sur la même route. En ce qui concerne la relation avec la France, une bonne chose serait si le jumelage entre Cluj et Nantes était plus utilisé, une ville très dynamique, d’où sont venus beaucoup d’investisseurs étrangers en Roumanie. Depuis peu de temps nous avons un consul honoraire à Nantes, madame Dauphin-Lazar, qui est très active et enthousiaste.

Vous avez une très riche expérience comme journaliste. Dans ce contexte, quels sont les éléments qui définissent
l’image de la Roumanie dans l’opinion publique? Comment est-ce qu’on peut améliorer cette image?

L.N. : Je pourrais dire qu’il n’existe pas une seule image, comme il n’existe pas une seule opinion publique. La Roumanie est un pays qui este “connu” en France. J’ai des collègues ambassadeurs qui m’ont dit qu’ils voudraient que leurs pays soit aussi connus en France comme la Roumanie l’est. La cinématographie roumaine est très
applaudie de beaucoup de français, les films roumains apportent plus de spectateurs dans les salles en France que dans les salles  en Roumanie. Les médecins roumains, qui sont très nombreux, sont très appréciés. Il y a des milliers de médecins roumains qui sauventv des vies et qui traitent chaque jour des milliers de patients français – et en même temps ils représentent un élément important pour véhiculer une image positive. Il est sûr que parfois il existe des clichés et des stéréotypes, mais nous essayons par tout ce que nous faisons à l’ambassade, de montrer
que la Roumanie est un pays dynamique, un pays avec une forte croissance économique où le sentiment européen est fort. Honnêtement, je compte beaucoup sur la saison culturelle commune de 2018-2019 pour que la Roumanie soit encore plus connue en France.”

Photo: Arnaud Chicurel

Comments

comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

3 × three =